Plan du chapitre : Quelles solutions ?

Bien que des mesures politiquement correctes soient prises (pour essayer de « contenter » tout le monde), il semble très peu probable que nos gouvernements et chefs d’États aillent contre l’intérêt collectif en augmentant les taxes sur l’énergie et les transport et en bridant fortement la consommation.

Ceci est d’autant plus vrai que le système financier ne pourrait le supporter. Il est par conséquent logique que nos gouvernements (qui finalement nous donnent ce que l’on demande), foncent inexorablement vers le mur.

Remettre la faute sur le système politique restera bien sur le moyen d’exprimer sa colère au moment opportun. Cependant, en dehors du fait de créer une grande instabilité politique et sociale, en vouloir au gouvernement ne fabriquera pas du pétrole.

Dans ce contexte, il est propre à chacun de raisonner de façon individualiste et de se préparer à la crise mondiale sans précédents qui est en train de nous rattraper.

I – Introduction à la résilience :

Anticiper c’est bien, s’adapter c’est mieux. La résilience est la capacité d’une personne ou d’un groupe a s’adapter a des événements changeants, imprévus et exceptionnels. Accédez à l’article en cliquant ici.

II – Indépendance alimentaire :

Être indépendant sur le plan alimentaire fait bien sur appel aux méthodes de culture. Découvrez la permaculture en cliquant ici.

III – Indépendance énergétique :

L’énergie est nécessaire à la survie de l’homme mais sert aussi a augmenter son confort. Découvrez comment réduire votre dépendance énergétique tout en conservant un minimum de confort en cliquant ici.

IV – Indépendance sanitaire :

Rester en bonne santé est le fondement même de la survie. Découvrez les règles d’hygiène de base a respecter pour garder la santé en cliquant ici.

V – Indépendance sécuritaire :

Être en mesure de protéger sa vie et celle de ses proches peut s’avérer utile. Plus d’infos en cliquant ici.

VI – SURVIVALISME :

« Savoir c’est pouvoir ». Le survivalisme est un mouvement qui tend a permettre a chaque individu d’accéder a un minimum de connaissances nécessaire a sa survie quotidienne en autonomie. En savoir plus sur le survivalisme en cliquant ici.

Ce chapitre est non exhaustif et reste ouvert aux propositions et aux solutions qui peuvent s’avérer utiles dans notre cas de figure. Merci de votre compréhension.

Publicités

Une réflexion sur “Plan du chapitre : Quelles solutions ?

  1. Le survivalisme est loin d’être la solution à privilégier pour l’après pic pétrolier même et en faite surtout si il y a un effondrement social. Depuis le développement de la révolution néolithique en Europe soit plus de 5000 ans, la vie des habitants de cette espace géographique a été structurée par une organisation sociale de plus ou moins grande taille avec des moyens militaires et ayant à sa tête un chef. Faire partie d’un clan, d’un peuple, d’une nation est un gage de sécurité. En situation de conflit et d’insécurité, ce sont ceux qui unissent leurs forces qui gagnent. Petit illustration historique: Au moment de la conquête des Gaules. Vercingétorix avait exactement les mêmes moyens technologiques et stratégiques que son adversaire César. Il a perdu car il n’a pas su fédérer toutes les tribus gauloises contre l’envahisseur romain.
    Demain si nous vivons un effondrement total, ce sont ceux qui fédéreront le plus de force, c’est à dire le plus de personnes et le plus de moyens matériels et technologiques qui imposeront leur idées et leur organisation sociale.
    Vivre de l’agriculture nous rend dépendant d’un espace que nous avons tout intérêt à défendre contrairement à nos lointains ancêtres chasseurs-cueilleurs qui eux pouvait faire le choix de fuir plutôt que de se battre .
    Parler de survie grâce à la permaculture et ne pas vouloir réfléchir à une organisation politique regroupant un grand nombre de personnes est à mes yeux un non sens. Tous les survivalistes oublient ce principes élémentaires de survie en période chaotique: “l’union fait la force”. C’est là rien de moins qu’oublier toute notre histoire depuis la révolution néolithique.
    Créer une organisation politique est très rapide. Au minimum il faut un groupe de personnes déterminées avec un chef à sa tête, des armes, des moyens de communications, quelque règles de vie en communauté. Cela se créer encore plus facilement devant l’urgence d’ un ennemi menaçant. Donc cela se mettra en place très rapidement.
    Les moments de vacance de toute forme d’autorité seront extrêmement brefs si il y en a. Je crois que les promoteurs du survivalisme seront très rapidement dépassés par les événements.
    La question de défense militaire est déterminante à mes yeux pour discréditer le survivalisme. Si l’on va un peu plus loin, la doctrine du survivalisme a un second handicap qui est celui de la non spécialisation des taches. Être survivaliste signifie savoir tout faire efficacement seul. c’est à dire avoir acquis non seulement bon nombre de savoirs-faire différents mais en plus avoir l’agilité manuelle et cérébrale nécessaire pour les réaliser. C’est aller à l’encontre de notre aptitude à la spécialisation des tâches induite par notre plasticité cérébrale qui adapte le fonctionnement de notre cerveau à la tâche que nous réalisons de manière répétitive nous permettant de la réaliser plus efficacement et en dépensant moins d’énergie.
    La vie en société a de multiples avantages quelque soit le contexte.
    Le survivalisme va à l’encontre de l’efficacité énergétique humaine ce qui est un comble pour prétendre s’adapter à une période de transition vers moins d’énergie disponible.
    Ce que vous écrivez sur le pic pétrolier est très pertinent pour ce que j’en ai lu mais proposer comme solution le survivalisme est une impasse qui n’a pas plus d’intérêt à mes yeux que de tout simplement rester dans le déni des difficultés à venir. Le survivalisme est une mode éphémère dont les origines sont à trouver dans un courant de pensée plus ou moins anarchiste. Il y a beaucoup de raisons d’être déçu de la vie politique actuelle, mais nous avons besoin d’une organisation politique forte pour vivre libre. Ce n’est qu’une possibilité mais il est prudent d’anticiper le fait que la Russie soit parmi les derniers pays a disposer de réserves de pétrole significatives dans quelques décennies. Pensez vous que ce sont vos conseils sur le survivalisme qui nous protégerons des forts probables projets expansionnistes que la Russie aura pour valoriser ses ressources?
    Ce n’est que mon point de vu mais je crois que, en dehors de la sphère anarchisante, proposer comme solution le survivalisme discrédite le sérieux de votre analyse sur le pic pétrolier.
    Vous savez sans doute que d’après Jean Marc Jancovici, nous avons tous au moins 100 équivalent esclave à notre disposition grâce au pétrole.
    Si toute forme d’autorité étatique disparaît, comment empêcherez vous un groupe qui a envie de préserver une part de son niveau de vie et qui dispose de moyens militaires supérieurs à ceux des survivalistes de réduire ceux ci en esclavage ?
    Vu que d’avoir des esclaves à leur disposition leur permettra de ne pas avoir à travailler les pieds dans la boue pour faire pousser des patates, je crois que cela sera très tentant pour eux de faire ce choix. Je suis fils d’agriculteur et je cultive un grand jardin. Je sais ce qu’est le travail de la terre et je sais aussi que cela ne fait pas rêver grand monde.
    Pour ma part, je crois que nous ne pouvons pas faire l’économie d’une très sérieuse réflexion au point de vu technique, sur le potentiel de l’énergie nucléaire et sur d’un point de vu politique, sur l’organisation d’un état résilient. C’est là une autre utopie que la votre. Mais c’est les solutions que j’ai choisi pour parler et faire face au pic pétrolier.
    Régis Bagard

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s