Speculation financière ?

Depuis les derniers mois on assiste a la chute brutale des prix du pétrole. Les analystes et les spécialistes du secteurs imputent ça au boom du gaz de schiste et a une surproduction mondiale faisant chuter les cours. Les principaux perdants sont bien sur les Russes qui font face a un effondrement de leur monnaie et a une fuite de capitaux ayant conduit la banque centrale Russe a surévaluer son taux directeur. Les principaux gagnants sont les acteurs du marché qui achètent le pétrole a prix fixe sur des périodes allant de 1 a 5 ans (compagnies aériennes par exemple).

La question centrale est de savoir comment les cours ont pût  chuter autant alors qu’aucun gisement majeur n’est rentré en production recement et que la consommation mondiale reste soutenue ? De plus le gas de schiste reste une bulle spéculative et la production de shale gas au USA devrait bientot se stabiliser avant de commencer a décliner rapidement. Ceci est d’autant plus vrai qu’un baril a 50$ devrait freiner les investissements dans le secteur faisant reculer la production (un puit de shale gas décline rapudement en production et il faut forer en permanance pour compenser le declin des forage existants). La deuxième grande interrogative se situe du côté de l’OPEP. Car autant le shale gas ne peut etre contrôlé (une fois forer il faut produire pour eviter les pertes : fuites, bouchages…) autant les puits conventionnels du moyen Orient peuvent être bridés (« fermer les vannes »). De plus le raisonnement voudrait que les emirats se disent qu’il vaut mieux pour eux brider leur champs, faire remonter le cours et gagner autant mais en produisant moins. En suivant cette logique ils « economiseraient » le pétrole de leur gisements pour le futur. Cette logique n’etant pas suivie dans l’immédiat alors que le marché supportait un cours a 110$ il y a quelques mois (quelques années avant ils auraient pu hésiter a faire ça en pensant déstabiliser l’économie mondiale).

Il est alors légitime de se demander si cette situation est durable ou resulte d’une speculation a la baisse pour calmer les ardeurs des Russes en Ukraine (d’ailleurs on en entend plus vraiment parler ces derniers mois…) ainsi que de couper les vivres a l’EI qui tire ses revenus de la rente pétrolière.

Finalement cette baisse du prix du baril devrait pouvoir profiter à l’Europe dont le déficit commercial reste très dependant de sa facture en or noir… Nous verrons donc dans les prochains mois si cette tendance (baril a 50$) se confirme ou si c’était un tour de passe passe financier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s